27/10/2009

3 questions

Chicoree_frisee-280x280Trois charmantes et ravissantes lectrices (oui, j’aime et je flatte mon lectorat ;-)) me posent chacune une question à laquelle je me propose de répondre aujourd’hui. Du moins, je vais essayer de le faire.

La première question est posée par Bio qui lit probablement dans mes pensées car elle me demande ce qu’est l’inuline, sujet dont je comptais vous parler cette semaine.

Alors, c’est quoi l’inuline et quel intérêt ça a d’un point de vue diététique ?

Tout d’abord il faut dire que vous consommez déjà probablement de l’inuline : C’est une substance d’origine végétale que l’on trouve, par exemple, dans les artichauts, les poireaux, l’ail, les asperges, les salsifis, les bananes et surtout dans les racines de chicorée.

L’inuline est un glucide complexe qui a un effet prébiotique : C’est bon pour le colon et la flore intestinale. (Attention de ne pas confondre prébiotique et probiotique, ces derniers étant des micro-organismes vivants.).  L’inuline est une fibre alimentaire.

On trouve de plus en plus d’inuline dans des préparations alimentaires industrielles estampillées « santé ». L’inuline y remplace avantageusement la graisse de d’autres types de sucres. Le résultat est un produit moins calorique, plus riche en fibres et facteurs de bonne santé intestinale. Ce n’est malheureusement pas facile de repérer les inulines et les autres prébiotiques sur les étiquettes. On en trouve aussi dans certains « aides minceurs » en gélules.  

Des études démontrent que l’inuline facilite l’assimilation du fer et l’absorption du calcium et du magnésium.  

Attention quand même, car la recherche rapporte des cas d’allergies à l’inuline (œdèmes, urticaires, troubles digestifs…). Certaines personnes ont du mal à la digérer (gaz et ballonnements). Il est conseillé d’intégrer l’inuline et les autres prébiotiques petit à petit dans son alimentation et de boire suffisamment pour une meilleure tolérance.

 

Tant que nous parlons de glucides, je voulais rebondir sur la remarque de Pivoine. Je cite « Beaucoup de gens en sont restés aux sucres lents/rapides alors que désormais, on parle en termes d'index glycémique bas, moyen, élevé.  Une petite mise au point ne serait pas mal. »

C’est l’occasion pour moi de reparler d’un de mes premiers posts sur les index glycémiques.  C’est une notion que vous retrouvez souvent sur ce blog et elle est fondamentale. Les glucides  sont plus aujourd’hui classés selon l’influence qu’ils ont sur le taux de glucose dans le sang.

 

Enfin, Julie me demande mon avis sur un point très controversé : celui de l’aspartame ou des autres ersatz de sucre dans les sodas. Quelle est l’influence de ces produits sur l’envie de sucre ? Et sur l’appétit ?

Sur ce sujet, personne n’est d’accord et j’avoue que je ne me sens pas suffisamment expert de l’aspartame pour trancher le débat.  Par contre, il est clair que nous n’avons aucun besoin d’aspartame. L’eau est la seule boisson indispensable et les boissons style coca light ne servent à rien : elles n’apportent rien à l’organisme, elles ne rassasient pas, elles sont acidifiantes, elles ont la réputation d’affaiblir le pancréas, elles comportent des substances très peu naturelles. Elles leurreraient l’organisme en le faisant réagir comme s’il devait métaboliser du sucre. Ces boissons sont très corrosives et ne sont pas bonnes  pour les dents.  

Les études sur la nocivité de l’aspartame présentent des résultats divergents.  Les intérêts économiques sont tels que les lobbys financent des recherches qui affirment que l’aspartame n’est pas nocif. J’ai tendance à déconseiller les sodas lights au nom du principe de précaution car s’il y a une chose dont je suis certain c’est que notre corps n’en a nulle utilité.